collectif sans pesticides
pour une eau du robinet saine et une nature intacte
Association loi 1901

Communiqué du "Collectif Sans Pesticide" du 15 Septembre 2019

Le 15/09/2019

Le préfet de Loire-Atlantique a donné un avis favorable à l'extension de la porcherie de Saint Yves à Guémené-Penfao : 
 
Flyer Porcherie
Le « Collectif sans Pesticides » et l’ensemble des opposants à l’extension de la porcherie de Saint Yves à Guémené dénoncent la décision irresponsable du préfet de Loire-Atlantique de donner un avis favorable à ce projet.
Cette décision va à l’encontre du rapport du commissaire enquêteur qui avait retenu au moins 6 raisons motivant un avis défavorable. Le rapport de l’enquête publique mettait en évidence le non-respect du principe de précaution concernant l'utilisation de pesticides à proximité du captage d'eau potable de Massérac et l'incompatibilité du dossier avec la réglementation du SAGE Vilaine, mais aussi  l'insuffisance des études d'impacts concernant la sauvegarde de la biodiversité, le maintien des haies, l'émanation d'ammoniac, les nuisances olfactives, sonores et celles liées aux transports entre les deux sites d'exploitation.
La protection des populations et de la biodiversité ne comptent donc pour rien aux yeux du ministre de l’agriculture aux ordres de la COOPERL et du lobby cochonnier,  prêt à sacrifier la santé publique au nom de la défense de la compétitivité française sur le marché mondial du porc, chinois en particulier.
Depuis plusieurs années, la qualité de l’eau distribuée au robinet des 20 000 habitants des communes adhérents au SIAEP de Guémené est qualifiée par l’ARS comme étant « non conforme aux limites de qualité ». Depuis maintenant deux ans, le « Collectif sans Pesticides » demande que des mesures efficaces soient prises pour en finir avec ce scandale sanitaire. De vaines demandes sont faites régulièrement pour être reçus par le préfet et l’Agence Régionale de Santé.  À l'heure où de nombreux maires prennent des initiatives pour protéger leurs  habitants, le préfet de Loire Atlantique, met, lui, tout en œuvre pour favoriser le profit  de quelques  uns au détriment des habitants du nord 44 et la seule réponse concrète que nous avons reçue de la préfecture est cet avis favorable qui vient d’être donné pour un projet qui ne peut qu’aggraver la situation.

 

Une fois encore, la population est prise au piège et va devoir continuer à payer de plus en plus cher la potabilisation de l’eau du robinet ou l’achat d’eau en bouteille.

Pour le « Collectif sans Pesticides » et les opposants à l’extension de la porcherie, la lutte continue, des décisions seront prises prochainement.